LE GROUPE DALTON : QUATRES PEINTRES ONIRIQUES

 

 

Depuis le moyen-âge, la Belgique est une terre fertile en peintres, et la Sambre-et-Meuse, qui n’est pas en reste a vu éclore des peintres comme Delvaux, Wiertz, Paulus et tant d’autres. Cela ne s’est jamais arrêté et en Basse-Sambre, quatre peintres et un sculpteur de qualité se sont, comme l’avaient fait les impressionnistes, constitué en un groupe soudé : les Dalton.

Au départ, Phybra, l’initiateur de cette évolution, invitait des peintres qu’il estimait à ses expositions, et au fil du temps, les superbes salles moyenâgeuses de l’abbaye de Floreffe, devenues un peu leur « bateau-lavoir », ont accueilli annuellement ces quatre artistes, où, ils finirent par recevoir les visiteurs en tenue de bagnard lors des vernissages, manière de rendre ceux-ci moins solennels, plus conviviaux, plus humoristiques, ce qui fait que ces expositions cycliques sortent de l’ordinaire.
Bien entendu, il y a des raisons à cette association. Ce sont des peintres figuratifs qui créent leur propre monde ontologique et subconscient, chacun travaillant dans son univers propre mais avec ce point commun de l’environnement surréaliste et symboliste. Ce sont également des amis de longue date, avec des valeurs communes, des ponts culturels communs, un même humour potache et dérisoire, un même désir de perfection.
Ces artistes dont la renommée commence à s’étendre ont une grande maîtrise technique et le souci de parvenir au mieux au « bel-ouvrage ».

 

Phybra réalise une peinture surréaliste axée sur la femme et la couleur rouge, avec des tendances symbolistes dans certaines toiles.

Gérard Tonnon fait une peinture surréaliste dans la pure lignée de l’école originelle de celle-ci.

Francis Lagneau peint des toiles symbolistes inspirées de l’ambiance de la renaissance.

Michel Hanse est un portraitiste purement expressionniste, sa dimension surréaliste se retrouvant plutôt dans son œuvre cinématographique.

Ce tout donne une forte cohésion de style au groupe tout en diversifiant les terrains artistiques. Dalton parce qu’ils se sentent belge jusqu’au bout des ongles. Dalton comme un clin d’œil à la BD et à l’art belges mondialement renommés. Dalton parce qu’ils aiment l’humour grotesque frisant l’absurde. Dalton parce qu’ils ne se prennent pas au sérieux. Dalton parce qu’ils leur ressemblent.
Et en final, Dalton dans le but de créer un autre type d’expositions où le visiteur se sent chez soi et à l’aise.

 

 

 

 

Contacts

Francis Lagneau : mailto:lagnosecure@gmail.com

 

home